En juillet 1976, la tête de Christian Ranucci, 22 ans, rebondissait deux fois dans la petite cours d’exécution des Baumettes. Quelques mois plus tard, celle d’Hamida Djandoubi, subissait le même sort. C’était au point de l’Aube, dans l’air déjà un peu sec de l’été. La France venait de procéder à la dernière exécution de son Histoire. 
Il fallu cependant attendre 1981, l’élection de François Mitterrand et l’action énergique de Robert Badinter, pour que la “Justice qui tue” cesse enfin d’être une réalité. 
40 ans plus tard, le Mucem et les Services de l’Administration Pénitentiaire, ont tenu à célébrer l’anniversaire de “l’Abolition”.

Réunis dans l’amphithéâtre du célèbre musée marseillais, les élèves du Campus Fontlongue, ont pu assister à cet événement exceptionnel. 
Personnellement invités par Monsieur Pierre Raffin, Directeur de la Prison des Baumettes et Directeur Inter-Régional adjoint des Services Pénitentiaires, les Classes de Seconde Générale équitation et de Terminale Générale, purent, alors, réfléchir sur des notions aussi fondamentales que la “non violence” , la “Réparation” ou encore “L’Universalisme Républicain “. 
En présence du Grand Bâtonnier de Marseille, du Directeur de l’Ecole Nationale D’Administration Pénitentiaire (Enap), de l’ancien Directeur de l’Ecole Nationale de la Magistrature, du Directeur Inter-Régional de l’Administration Pénitentiaire, de représentants militaires et d’élus, nos élèves se sont admirablement comportés. 
Accompagnés par Jean-Pierre Hernout, Directeur Adjoint du Campus Fontlongue, ainsi que par Valérie Lombard, Secrétaire de Direction,  Caroline Gora, Professeur de Lettres et Référente Égalité, et Raphaël Rubio, Professeur de Philosophie et Journaliste, la jeunesse du Campus Fontlongue fut ainsi mise à l’honneur. 


Attentifs et engagés, les élèves écoutèrent avec soins les récits émouvants des “Derniers Témoins de la Guillotine”. Sur scène, en effet, d’anciens agents pénitentiaires prirent la parole. Certains d’entre eux avaient assisté à l’exécution de Christian Ranucci et d’Hamida Djandoubi. 
Plus tôt dans la soirée, un documentaire réalisé par Monsieur Alonzo, Historien de l’Enap, fut projeté. Poignant, intense, aussi humain que pudique, le film comprenait un entretien inédit avec Robert Badinter. Une oeuvre forte, dont les accents marquèrent durablement l’assistance. 
La mémoire de la peine de mort ne peut être enseignée par un simple mécanisme issu d’éventuelles recherches personnelles. Elle appelle une transmission directe, quasiment un “effet maître”, susceptible de provoquer, chez l’ apprenant, une véritable conversion du Regard. À ce titre, Raphaël Rubio, s’est permis de rappeler le travail entrepris par le Campus Fontlongue, concernant l’abolition de la Peine Capitale. Lecture suivie du livre de Robert Badinter “L’exécution”, sensibilisation-débat-réflexion en classe, projection du Reportage (réalisé par Raphaël Rubio lui même et Guillaume Origoni) paru dans Slate.fr “les Baumettes Interdites” au sujet du  “couloir de la mort” de la prison Marseillaise. Lecture, enfin, de la lettre de Monique Mabely, juge d’instruction, relatant les ultimes instants d’Hamida Djandoubi. 


La sensibilisation à ce sujet devrait se poursuivre prochainement. Monsieur Pierre Raffin, Directeur des Baumettes et Monsieur Alonzo, Historien de l’Enap, ont accepté de venir, à Miramas, pour animer un grand événement concernant l’abolition de la Peine de Mort. 


La mission de l’Enseignement Agricole, nous en sommes convaincus, est de former des citoyens émancipés. 
Par ailleurs, établissement Catholique sous contrat, nous souhaitons pleinement incarner les valeurs évangéliques de paix et de fraternité. Le Saint Père François a rappelé combien la Peine de mort était une barbarie. Chrétiens, nous affirmons le caractère sacré de toute vie humaine. Seul Dieu, en son mystère, décide du sort de notre existence. Lutter contre la peine de mort est, à nos yeux, un devoir aussi bien humaniste que spirituel. 

mis à jour il y à 2 mois